Outils personnels
User menu

Catégorie:QU’EST-CE-QUE LA COULEUR

TOUT SAVOIR SUR LA COULEUR

D’un point de vue pratique, la couleur nous permet de distinguer un objet d’un autre. Elle joue, par conséquent, un rôle important dans notre vie quotidienne. Mais c’est parce qu’elle est porteuse de tout un répertoire de significations et d’émotions qu’elle est aussi l’un de nos plus importants moyens de communication.

La couleur a du sens ! Elle peut permettre d’identifier, de mettre en valeur des objets, de marquer un territoire ou un espace personnel, de stimuler et provoquer une émotion, de symboliser des concepts et des pensées abstraites, de créer des illusions, de camoufler.

Dans un projet de décoration intérieure, la couleur est le premier critère de choix, un choix parfois difficile tant les possibilités sont nombreuses...


Sommaire

UN PEU D’HISTOIRE…

Depuis longtemps la couleur est utilisée par l’homme pour décorer, communiquer, informer, souligner certains éléments d’architecture ou simplement protéger les matériaux de construction.

Bien sûr, le recours à la couleur a évolué au fil des époques et des progrès technologiques. Le rouge et le noir ont été les premières couleurs à être utilisées durant la préhistoire, car ces pigments se trouvaient facilement à l’état naturel (oxyde de fer, charbon de bois…) Et c’est à partir de l’Antiquité que l’usage des autres couleurs prit toute son ampleur, avec les célèbre bleu et vert égyptiens, découlant des premières créations de colorants synthétiques. En 1856, le chimiste William Henry Perkin (1838-1907) inventa, par hasard, le premier colorant synthétique utilisable par l'industrie. Par la suite les chimistes firent de nombreuses découvertes et synthétisèrent de nombreux colorants comme l'indigo.

Ref http://www.snof.org/encyclopedie/la-couleur-au-fil-des-siecles

On dénombre aujourd’hui des milliers de teintes…


LA PERCEPTION DES COULEURS

Pour comprendre ce qu'est la couleur, il faut comprendre ce qu'est la lumière.


En 1665, Sir Isaac Newton, (physicien anglais, astronome, 1642-1727), découvre que la lumière « blanche » peut être divisée en plusieurs degrés en passant à travers des prismes. Ceci produit un éventail de couleurs passant du rouge à l’orange, au jaune, au vert, au bleu et de l’indigo au violet.

Rondflechescolorees.jpg

A chaque couleur correspond une longueur d’onde exprimée en nanomètre. La lumière est l’ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l’œil humain. La plage des longueurs d’onde perceptible par l’œil humain est infime. C’est le spectre visible situé entre 380 et 780 nanomètres.


Pour être capable de voir les couleurs, trois éléments sont indissociables : la lumière, la matière et l’œil. La lumière après avoir été modifiée par un objet est perçue comme étant une couleur distincte. Pour percevoir la couleur, nous avons besoin de lumière, d’un objet et d’un récepteur visuel.




De nombreux facteurs vont faire changer notre perception des couleurs qui à chaque instant peut paraître différente.


Couleur et lumière

C’est le facteur dont nous sommes le plus conscient. Les couleurs que nous voyons semblent différentes sous la lumière du jour naturelle ou sous la lumière artificielle ou selon les heures de la journée.

Pour caractériser une source lumineuse, on parle de « température de couleurs » et d’I.R.C. (Indice de Rendu des Couleurs). Un éclairage optimal pour l’observation des couleurs doit être de 6500 degrés kelvin (équivalent à la lumière du jour). Un bon I.R.C. n’est pas inférieur à 80.

Lumière du matin Lumière du soir


Couleur et distance

Elle affecte notre perception de la couleur de deux façons. Tout d’abord la surface semble se rétrécir au fur et à mesure que l’on s’éloigne et la couleur est altérée par le champ de vision plus large. D’autre part les conditions atmosphériques donnent l’impression de diluer la couleur.

Distance.jpg


Couleur et texture de la surface

Une couleur peinte ne sera pas la même sur une surface lisse que sur une surface rugueuse. Une peinture très brillante sur une surface lisse donne un effet miroir. Sur une surface rugueuse, la lumière est diffuse altérant la perception de la couleur.

Imagecouleurettexturesurface.jpg


Couleur et superficie / contraste

Notre perception d’une même couleur varie en fonction de la surface qu’elle couvre. Les couleurs couvrant une grande surface paraissent plus vives et impactantes. De même une couleur varie en fonction de son environnement coloré, c’est ce qu’on appelle le contraste simultané des couleurs.

Contrastesuperficie.jpg


LA THEORIE DE LA COULEUR

Une idée commune à la plupart des théories sur la couleur est le concept de couleurs « primaires, secondaires et complémentaires ». Les couleurs primaires sont les teintes basiques à partir desquelles les autres couleurs peuvent être mélangées mais qui ne peuvent elles-mêmes venir d’un mélange d’autres couleurs.


Bleurougejaune.jpg

Le rouge, le jaune et le bleu sont les couleurs primaires.

Orangevioletvert.jpg

L’orange, le vert et le violet, obtenus en mélangeant deux couleurs primaires adjacentes dans une quantité équivalente, sont appelées couleurs secondaires.

Cerclerondscouleurs.jpg

Une couleur tertiaire est une couleur obtenue par le mélange à parts égales d'une couleur primaire et d'une couleur secondaire.


LA CODIFICATION DE LA COULEUR

Le langage verbal n’est pas le moyen idéal pour décrire la multiplicité de variations possibles des couleurs. Pour définir les couleurs de façon précise on utilise donc des modèles ou des systèmes qui permettent de les référencer et de les classer.


LE CERCLE CHROMATIQUE

Newton a été le premier à organiser les couleurs sur un cercle. Son cercle avait sept couleurs principales qu’il rapprochait des sept planètes et des sept notes de musique de l’échelle diatonique.

Imagecerclenewton.jpg

Le cercle chromatique est une sorte d’arc-en-ciel ininterrompu réunissant l’ensemble des teintes. Celui que nous utilisons aujourd’hui est divisé en 24 secteurs, à chacun d’eux est associée une lettre de l’alphabet de A à Z (sauf I et O). Chaque secteur est subdivisé en 10 segments plus petits, numérotés de 0 à 9 pour proposer un haut degré de précision, ce qui permet d’obtenir un choix de 240 teintes.

Cerclechromatique.jpg


LES 3 CARACTERISTIQUES D’UNE COULEUR

TEINTE : C’est la première caractéristique d’une couleur. Est-elle rouge, jaune ou bleue ? En d’autres termes, quelle position la couleur occupe-t-elle sur le cercle chromatique ?

Imageteinte.jpg

SATURATION : C’est le degré d’intensité d’une couleur qui est mesuré de 0 à 99, mais n’exploite pas l’ensemble des graduations. Plus une couleur contient de pigment, plus sa saturation est élevée et donc plus elle est intense.

Imagesaturation.jpg Vif et pâle

LUMINOSITE : C’est le degré d’obscurité ou de clarté d’une couleur, variation qui est mesurée de 0 à 99. Plus la lumière est reflétée et plus la couleur est perçue comme claire. Une teinte claire a une grande luminosité.

Imageluminosite.jpg Clair et foncé


LA CODIFICATION ACC / AKZONOBEL COLOR CODIFICATION

Le système ACC est internationalement reconnu comme l’un des systèmes les plus précis et explicites. Il est basé sur une approche scientifique qui permet de codifier très précisément chaque nuance en une séquence logique. Les couleurs sont codifiées selon 3 caractéristiques : teinte, saturation et luminosité.

La meilleure explication se fait par une représentation sur un cylindre en 3 dimensions. Par apposition sur le cylindre, chaque nuance de couleur reçoit son propre code qui permet de créer une référence précise et unique sans risque d’erreur.

Imagecylindre.jpg

Le système ACC permet de sélectionner en toute simplicité différentes couleurs, semblables en termes de teinte, de saturation ou de luminosité ; une opération beaucoup plus difficile à réaliser à l’œil nu. Ce système peut s’avérer très utile lorsque vous recherchez des combinaisons de couleurs adaptées.

Imagecodeacc.jpg


En fonction de sa place dans le système, pour chaque couleur il existe un code qui exprime en premier la teinte, puis la saturation et enfin la luminosité. Par exemple F2.50.70 est une couleur dans le secteur jaune (F2), avec une saturation moyenne (50) et une luminosité élevée (70).


Les "gris purs" ou "couleurs neutres", les gris sur l’axe du cylindre, n’ont pas de teinte et ne peuvent donc pas être codifiées. Dans ce cas, on assigne la codification ON à ces couleurs. Par conséquent, une teinte absolument neutre a un degré de saturation de 00. Une nuance de gris, à égale distance du noir et du blanc, est également codifiée comme couleur neutre.

Les "gris colorés" ou "couleurs semi-neutres" : certaines teintes neutres peuvent toutefois suggérer une couleur, dans ce cas elles sont codifiées avec la lettre qui correspond à la teinte plus la lettre N. Pour ces teintes, la saturation est faible, généralement 01 ou 02. Par exemple, la teinte AN.01.80 est un rose clair avec une pointe de gris.


LE LANGAGE DE LA COULEUR

TEINTES CHAUDES - TEINTES FROIDES

Cerclechaudesfroides.jpg


Le cercle chromatique ACC peut schématiquement être divisé en deux sections.

Le rouge-violet, rouge orange, jaune et jaune-vert sont considérés comme des couleurs « chaudes ».

Le vert, bleu-vert, bleu et violet sont perçus comme des couleurs « froides ».




LA SYMBOLIQUE DES COULEURS

Nous allons traduire le langage de huit couleurs populaires: rouge, orange, jaune, vert, bleu, violet, noir et blanc.


Rouge flamboyant 620-750nm
Rouge1.jpg


C'est la couleur qui a la longueur d’onde la plus importante. C'est une couleur qui est qualifiée de stimulante, excitante, elle accélère le métabolisme. Elle s’adapte bien aux lieux à forte activité comme les théâtres, les hôtels, les halls et les restaurants.



Orange vitaminé 590 – 620 nm
Orange1.jpg
L'orange est un mélange du jaune et du rouge, elle traduit les caractéristiques de ces deux couleurs. C'est donc une couleur qui attire l’attention et qui convient à des lieux récréatifs à forte activité sociale comme les restaurants, les salles de sport, les lieux de circulation ou les pièces de séjour.




Jaune radieux 570 – 590 nm
Jaune1.jpg


C'est une couleur dynamique qui attire directement notre attention. Elle est joyeuse et accueillante.

Le jaune radieux s'adapte bien, comme couleur ponctuelle, aux pièces vivantes à forte activité comme les écoles, les crêches ou les pièces à vivre.


Vert nature 495 – 570 nm
Vert1.jpg


Le vert est la couleur la plus relaxante du spectre. C'est une couleur rafraîchissante et calmante, elle est utilisée pour créer une atmosphère sérieuse et reposante. Elle est idéale pour décorer des salles d'attente, des hôpitaux ou des chambres.



Bleu, couleur aquatique 450 - 495 nm
Bleu1.jpg


Le bleu est la couleur qui a la longueur d’onde la plus petite. Elle est qualifiée de calmante, apaisante et elle ralentit le métabolisme. On l'utilisera idéalement dans les lieux où l’on souhaite favoriser la détente comme des chambres, une salle de bain, des hôpitaux ou des banques.


Violet profond 380 – 450 nm
Violet1.jpg


Le violet résulte d'un mélange de bleu et de rouge. Le violet contient la force du rouge ainsi que la tranquillité du bleu. Cette couleur convient parfaitement pour créer une atmosphère théâtrale, en procurant une ambiance mystérieuse. Le violet peut s'employer dans des lieux publics type salles de spectacle.


Noir


En théorie, le noir est l'absence totale de lumière. Cependant, en pratique, le noir est considéré comme une couleur à part entière. Le noir est une couleur dure, peut-être la plus "autoritaire". Le noir crée une atmosphère mystérieuse, il est séduisant et donne de l'élégance aux espaces. C'est une couleur parfaite pour des espaces professionnels, élégants ou de design.

Blanc


Théoriquement, le blanc n'est pas une couleur car le blanc est la "somme" de toutes les couleurs. Le blanc représente la couleur de la lumière, à l'opposé du noir. C'est une couleur stimulante, légère et qui donne de l’éclat. Le blanc a pour propriétés d'agrandir les espaces, d'évoquer une certaine neutralité ainsi qu'une simplicité reposante. Ces qualités lui permettent de pouvoir s'appliquer idéalement dans tout type de lieux.


COULEUR ET HARMONIES

Une harmonie est une combinaison de couleurs qui donne généralement un résultat esthétique agréable. La façon dont est appréciée l’harmonie est un critère subjectif et ne répond donc pas à des règles strictes. Les harmonies peuvent jouer sur des variations de luminosité, de saturation mais également sur un contraste de teinte.

Identifier la fonction d’un espace est déterminant pour choisir sa couleur. A quoi est-il dédié ? Se relaxer ? Travailler ? Manger ? Dormir ? Ces éléments vont permettre de choisir les couleurs adaptées à l’ambiance recherchée (bien-être, concentration, dynamisation…) et mieux servir la fonction du lieu.Travailler la couleur dans les espaces publics implique qu’elle soit perçue par le plus grand nombre en prenant en compte les différents types de déficience visuelle (color blindness converter Sikkens). Elle est un outil de signalétique.

Les tons sur tons(ou schéma de coloration monochrome)

Tonsurton.jpg

Ce schéma de coloration utilise les variations de luminosité et de saturation d’une seule couleur. Cette harmonie manque de contraste mais elle est subtile et élégante. Cette proposition ton sur ton est agréable à l’œil, en particulier avec les tons bleus et verts. Sur la photo de chambre ci-jointe, c'est une association bleu sur bleu qui a été réalisée, ce choix d'un ton sur ton d'une teinte "froide" permet de créer une atmosphère intimiste et reposante.

Les camaieux (ou schéma de coloration par analogie)

Camaieux.jpg

Le schéma de coloration par analogie utilise des couleurs adjacentes sur le cercle chromatique ACC. Une couleur est utilisée comme couleur dominante et les autres viennent enrichir le schéma. Généralement on utilise un camaïeu formé de deux ou trois teintes. Le schéma par analogie est similaire au schéma monochrome mais il offre plus de nuances.


Dans l'exemple de salon ci-joint, c'est un camaïeu de bleus qui a été réalisé. Cette association crée une atmosphère relaxante et apaisante dans la pièce.

Les harmonies complémentaires (ou schéma de coloration complémentaire)

Harmonies.jpg

Le schéma de coloration complémentaire consiste à proposer deux couleurs opposées sur le cercle chromatique ACC. Ce schéma est intrinsèquement très contrasté. Il offre plus de contraste que les autres schémas et son harmonie attire fortement l’attention.


Dans l’exemple du salon ci-dessus, on observe une harmonie complémentaire composée par une teinte bleu et orange, couleurs à l'opposé l'une de l'autre, cette harmonie permet de créer une atmosphère "cosy" pour ce salon.


LA COULEUR EN INTERIEUR

De nombreux éléments sont à prendre en compte pour guider le choix des couleurs à utiliser dans un espace donné :


1. La fonction de l’espace :

C'est un critère important, il en découlera l'ambiance à créer pour s’y sentir bien. A quoi l’espace est-il dédié : se relaxer ? Travailler ? manger ? dormir ? Ex: pour une chambre "intime", les couleurs chaudes en camaïeux ou en dégradées sont conseillées.


2. La lumière, l’orientation de la pièce

La lumière influence les couleurs. Il est donc important de connaître le type de lumière pénétrant la pièce à redécorer, l'orientation de la pièce (vers le Nord ou pas), ou encore si c'est une lumière "froide" (du matin) ou si c'est une lumière "chaude" (de l'après-midi). Exemple: avec une lumière froide, si l'atmosphère se veut chaleureuse alors l'usage de couleurs froides est prohibé.


3. L'atmosphère de la pièce

Que souhaite-t-on mettre en avant : les meubles? les murs? le plafond? Souhaite-t-on agrandir ou rétrécir la pièce? En effet, la couleur permet de créer de nombreux effets d'optiques et ainsi souligner des aspects spécifiques de votre pièce. Ex: pour rétrécir une pièce il vaut mieux utiliser des couleurs chaudes.


4. La présence de couleurs existantes

Il faut répertorier les couleurs des éléments déjà présents dans la pièce. Les couleurs des meubles, du sol et du plafond sont à prendre en compte pour choisir la décoration. Ne pas oublier non plus de prendre en compte la couleur de l'environnement de la pièce, par exemple si les fenêtres donnent sur un paysage avec une couleur prédominante ou encore si la pièce donne sur un espace industriel.


5. Les pièges à éviter

Il est important de recenser les couleurs que l’on souhaite éviter à tout prix.



Les tons chauds

Les combinaisons de rouges, jaunes, orangés sont en général associées à la chaleur et au dynamisme. Leurs effets sont gais et stimulants. En revanche, elles peuvent parfois devenir fatigantes et intrusives.

Les tons froids

Les combinaisons de bleus, de verts, sont qualifiées de couleurs froides. Elles ont un effet calmant et reposant à l’inverse des couleurs chaudes. Elles sont très rafraîchissantes.

Les couleurs neutres comme le noir, le blanc et le gris suscitent peu d’émotions et se marient bien avec toutes les autres couleurs. Les neutres colorés chauds s’obtiennent en combinant une couleur neutre et une couleur chaude. Ils donnent à la pièce un caractère particulièrement chaleureux. Les neutres colorés froids, association d’une couleur neutre et d’une couleur froide, adoucissent les intérieurs avec une touche d’élégance subtile. Ils sont propices à la création d’atmosphères relaxantes.


IMPACT DE LA COULEUR DANS LA PERCEPTION D’UN ESPACE

La couleur peut changer la perception des volumes d’un espace. Ainsi il est important d’analyser la volumétrie pour faire apparaître un espace plus large, plus petit ou plus étroit on fonction de ses contraintes.

Agrandit.jpg
L’espace s’agrandit, perd ses formes
Stabilite.jpg
Un sol sombre donne de la stabilité à la pièce
Abaisseplafond.jpg
Un cadre décoratif sombre abaisse le plafond
Large.jpg
L’espace devient plus large
Baslarge.jpg
L’espace devient plus bas et plus large
Etroithaut.jpg
L’espace semble plus étroit et plus haut
Tunnel.jpg
L’espace produit un effet tunnel
Stable.jpg
La pièce devient lourde, stable
Perdforme.jpg
L’espace diminue, perd sa forme

Cette catégorie ne contient aucune page, sous-catégorie ou fichier multimédia.

  • Dernière modification de cette page le 28 septembre 2012 à 17:06.
  • Cette page a été consultée 21 083 fois.